2007

À la mi-janvier, Marcel Barbeau et sa conjointe Ninon Gauthier s’envolent pour  Vancouver où une offre d’échange d’appartement de dernière heure leur permettra de séjourner sans frais de logement. Yolaine Mottet, une journaliste de la télévision de Radio-Canada qui avait réalisé une interview avec l’artiste le printemps précédent et l’un de ses confrères de la radio francophone le reçoivent à nouveau à leur émission respective pour annoncer cette conférence. La conférence qu’il donne en duo avec Ninon à la Emily Carr University of Art and Design attire une cinquantaine de personnes; étudiants, collectionneurs et amateurs d’art qui se joignent aux membres de l’association.

Vue de l'exposition "Marcel Barbeau Vertiginous Limits" à la Elliott Louis Gallery. Photo Ninon Gauthier. © Ninon Gauthier et ADAGP - Paris pour Marcel Barbeau. 04-06-2006.
Vue de l’exposition “Marcel Barbeau Vertiginous Limits” à la Elliott Louis Gallery. Photo Ninon Gauthier. © Ninon Gauthier et ADAGP – Paris pour Marcel Barbeau. 04-06-2006.

Après la séance, plusieurs d’entre eux retrouvent l’artiste à la Galerie Elliott Louis où Ted Lederer a accroché les quelques tableaux restant de l’exposition du printemps précédent pour échanger dans le cadre d’une réception donnée en l’honneur de l’artiste. Barbeau y rencontre ainsi quelques amateurs qui ont acheté ses tableaux  à son exposition, Vertiginious Limits et d’autres qui projettent l’achat d’une de ses œuvres.

Invités par les Shumiatcher, ils visitent l’île de Victoria et the Greater Victoria Art Gallery  où Ninon Gauthier a rendez-vous avec des membres du personnel du Musée pour voir les œuvres de Barbeau faisant partie de leur collection en vue d’un projet éventuel de rétrospective. À leur retour, ils s’envolent pour Montréal avec un détour par Calgary où ils espèrent trouver une galerie pour y représenter l’artiste. Ils voient à nouveau Ann Davis chez laquelle ils séjournent. Ils se rendent à la Triangle Gallery, la galerie municipale de Calgary, dont le directeur Jacek Malek a exposé quelques Barbeau dans le cadre d’une exposition sur l’art québécois, l’été précédent. Il leur conseille de communiquer avec la galeriste Virginia Christopher qui a manifesté un vif intérêt pour les œuvres de Barbeau. Lorsqu’ils se rendent à la galerie, ils sont accueillis chaleureusement par Madame Christopher, qui achète une dizaine de petites peintures sur papier qu’ils ont apportées. Ils conviennent rapidement d’un projet d’exposition l’automne suivant et d’une représentation à long terme en Alberta et dans les provinces des plaines canadiennes. Elle fera avec succès la promotion des œuvres de Barbeau dans la région jusqu’à la fermeture de son établissement à l’été 2012. Au retour à Montréal, Marcel et Ninon séjournent quelque temps au Château St-Ambroise où cette dernière organise en secret une grande fête, réunissant parents et amis,  pour souligner le 82e anniversaire naissance de son époux. Barbeau est profondément ému d’y retrouver de nombreux parents, amis, et surtout sa fille Manon et sa petite-fille Anaïs.

À son retour à Paris Barbeau éprouve à nouveau une grande souffrance au genou. Cette fois, le scan révèle une fracture de la rotule, probablement due aux fortes pressions exercées sur son genou pour tendre les toiles monumentales qu’il peint régulièrement depuis près de 20 ans. Le Docteur Slomka  suggère fortement une nouvelle opération le printemps suivant pour remplacer la rotule et la tête du tibia et du péroné. L’intervention ayant eu lieu fin avril, l’artiste fait de la rééducation intensive pendant un mois et demi.  Grâce aux bons soins et à cette discipline quotidienne qu’il poursuit durant tout l’été, il retrouvera l’usage parfait de son genou.

Deux offres tardives d’échanges de logements permettent à Marcel de terminer sa convalescence au Québec, d’abord à Montréal dans le voisinage du cinéma Beaubien, puis à Val-David, dans l’île Chaudron. Installé sous un porche dans un grand jardin en bordure de la Rivière du Nord, le peintre réalise une série importante de  peintures expressionnistes vaguement inspirées le calme bucolique de nature environnante. Pendant leur escapade laurentienne, le couple reçoit la visite d’amis et de membres de la famille, dont sa fille Manon et ses sœurs, Pauline et Jeanine. De plus, ils participent à une réunion familiale au chalet de sa nièce, Michèle Aumais et son mari, Guy Hénuset. Ils visitent aussi leurs amis Claire et Jacques Martin à Saint-Sauveur où ils assistent à un récital de la cantatrice Karine Gauvin dans le cadre du Festival de musique et de danse local.

Après un autre séjour de quelques jours au Château St-Ambroise pendant lequel ils recherchent un appartement en vue d’un éventuel retour au Québec, les Barbeau rentrent à Paris où l’artiste poursuit sa production picturale.

Déjeuner de famille au Château St-Ambroise, Janvier 2007.
Déjeuner de famille au Château St-Ambroise, Janvier 2007.

Au cours des mois suivants, Ninon Gauthier éprouve de sérieux problèmes de santé qui compromettent etcompliquent le projet d’un retour définitif au Québec. Le couple décide tout de même de se rendre à Montréal pour la période des fêtes de Noël. À la veille de leur départ, ils reçoivent une offre d’échange d’appartement d’un an sur la rue Pauline-Julien qui pourrait permettre de vérifier leur volonté de revenir au Québec et d’y rétablir leur résidence permanente. Ils sont invités à passer Noël à Mansonville chez Manon Barbeau et Philippe Lavalette, fille et gendre de Marcel.

Leave a reply

Ce site est protégé par les conventions internationales sur le droit d’auteur. Il est strictement défendu de télécharger pour copier, reproduire, conserver ou transmettre sous quelque forme ou de quelque façon que ce soit un élément, une partie ou l’ensemble de son contenu visuel et de ses textes sans l’autorisation expresse et écrite des auteurs ou des ayants droits concernés. Pour information à ce sujet, vous adresser à ADAGP-Paris, au sujet des œuvres de Marcel Barbeau. Pour les textes, les photographies et les autres œuvres d’art, adressez-vous à Ninon Gauthier qui vous mettra en relation avec les ayants droits concernés. Il en va de l’existence même de ce site et de son développement. Merci..

© 2015 Marcel Barbeau - ADAGP Paris Tous droits réservés / All Rights Reserved.