2009

Marcel Barbeau et son petit-fils Manuel Barbeau-Lavalette dans l'atelier de la rue St-Ambroise.
Marcel Barbeau et son petit-fils Manuel Barbeau-Lavalette dans l’atelier de la rue St-Ambroise.

Durant tout l’hiver Marcel peint au Château St-Ambroise tout en cherchant un appartement sur le Plateau Mont-Royal. Les prix inabordables des logements et les escaliers à vis souvent enneigés qu’ils y observent finissent par le dissuader de tout retour nostalgique dans le quartier de son enfance. La radiothérapie de Ninon étant à peine terminée à la fin avril et n’ayant toujours pas trouvé la résidence rêvée à Montréal, le couple décide de s’installer à l’atelier rue St-Ambroise en attendant de dénicher la perle rare.

Peu avant leur départ pour Paris, les Barbeau rencontrent Jennifer Winsor de la galerie Winsor que leur ait recommandé par un ami de Vancouver. L’artiste conclue une attente de représentation avec elle et planifie une exposition pour l’année suivante.

À la fin mai, leur installation à l’atelier étant à peine complétée, ils repartent à Paris. Ils finalisent alors les dernières démarches officielles en vue du retour définitif au Québec et terminent l’emballage du reste de leurs effets personnels ainsi que des œuvres de Marcel restées à l’atelier. Ils reçoivent l’aide de leurs voisines Nacera Addadahine et de sa fille Djazia Bestani pour cette tâche ainsi que celle de Manuel, le petit-fils de Marcel et Odile, sa compagne, qui sont de passage dans la capitale française. Le jour du déménagement, les deux ascenseurs de l’immeuble sont en panne ce qui oblige les déménageurs à reporter de deux jours leurs activités et permet de liquider les derniers meubles, électroménagers et outils qu’ils ne prévoient pas rapporter à Montréal. Le déménagement a donc lieu le 30 juin, jour du départ de Marcel et Ninon pour Montréal, au milieu d’une seconde panne d’ascenseur.

À Montréal, ils s’installent à l’atelier comme prévu et peu de temps après leur arrivée, ils louent pour deux semaines, un chalet au bord du Lac à la Truite à St-Adolphe d’Howard dans les Laurentides souhaitant se reposer de ce déménagement épique. Marcel y peint quelques tableaux. Il profite de ce séjour pour assister à un concert de Karine Gauvin au festival de Saint-Sauveur et pour visiter leurs amis Jacques et Claire Martin ainsi que leur nièce Michèle Aumais et son mari Guy Hénuset.

Au retour des vacances, Marcel poursuit sa production. Il engage une assistante, Carolyne Rhéaume, qui l’aide à apprêter les toiles et à mettre à jour à jour ses dossiers pour le programme d’intégration de l’art à l’architecture du Québec.

varley-gallery-49e0d5abLe 18 octobre, le couple se rend en train à Toronto pour l’ouverture de l’exposition The Automatist Revolution, qui a lieu le 21 octobre à la Varley Art Gallery. Ils apprennent  à l’occasion du vernissage que l’exposition sera présentée à l’AlbrightKnox Art Gallery de Buffalo au printemps 2010. Ils profitent de leur séjour à Toronto pour visiter le Toronto International Art Fair qui s’ouvre le 22 octobre. L’exposition, qui se poursuit jusqu’au 28 février 2010, connaît un très grand succès médiatique et soulève l’enthousiasme du public.

En décembre, les Barbeau trouvent un appartement à louer au 844 avenue Dunlop à Outremont. Séduit par la proximité du Parc Pratt et sa situation entre la demeure de sa fille Manon et de son petit-fils Manuel, ils s’y installent début décembre. Dans leur nouvel appartement, Marcel tente d’installer son atelier pour la période hivernale dans une grande chambre (du moins pour les jours où les conditions météorologiques limitent les déplacements à l’intérieur).

Comme l’année précédente ils célèbrent les fêtes de Noël  en famille à Mansonville chez Manon Barbeau et Philippe Lavalette. Ils reçoivent aussi leurs amis Carolle Gagnon et Dick Shell qui sont de passage pour la période des fêtes à l’appartement. Ces derniers admirent les nouveaux tableaux expressionnistes de Marcel.

2 Responses to 2009

  1. Bonsoir.
    C’est par hasard que je trouve ce document concernant Marcel Barbeau et Ninon Gauthier.
    Dans le texte vous me citiez; effectivement nous avions gardé de bonnes relations . Presque quinze ans de voisinage, cela tisse des relations.
    J’espère qu’ils vont bien.
    Ma fille Djazia et moi leur disons toute notre sympathie.

    Nacéra Addadahine

    • Bonjour,
      Je remets votre adresse courriel à Ninon. Elle est très heureuse d’avoir de vos nouvelles.

      Bien à vous,

      Marie-Eve
      Assistante de Marcel Barbeau

Leave a reply

Ce site est protégé par les conventions internationales sur le droit d’auteur. Il est strictement défendu de télécharger pour copier, reproduire, conserver ou transmettre sous quelque forme ou de quelque façon que ce soit un élément, une partie ou l’ensemble de son contenu visuel et de ses textes sans l’autorisation expresse et écrite des auteurs ou des ayants droits concernés. Pour information à ce sujet, vous adresser à ADAGP-Paris, au sujet des œuvres de Marcel Barbeau. Pour les textes, les photographies et les autres œuvres d’art, adressez-vous à Ninon Gauthier qui vous mettra en relation avec les ayants droits concernés. Il en va de l’existence même de ce site et de son développement. Merci..

© 2015 Marcel Barbeau - ADAGP Paris Tous droits réservés / All Rights Reserved.